Retour vers l'humanité

Je me sens loin, loin de vous, même si je vous cotoie tous les jours, je vous parle, on se parle, on se regarde. Arjuna.

J'aime philosopher avec Sophie

Bon, ça va un peu mieux, je vais essayer de reprendre ce journal, j’ai l’impression que le moment est venu, je le vois à certains signes. Donc, l’autre jour j’ai croisé Sophie, je ne l’avais pas vue depuis un certain temps et j’étais content de la revoir. Nous ne nous sommes pas beaucoup parlé, mais il m’a semblé que pas mal de choses sont passées entre nous, de bonnes vibrations... Décidément, cette fille me plaît bien, et je suis impatient de la revoir. J’ai entendu aujourd’hui à la radio que, en fait, la matière n’existerait pas, ce n’est qu’une illusion (...)

La chasse du prince Arthur

Il me semble que quelqu'un a découvert ma véritable identité, mais au fond je m'en fiche. Peu m'importe finalement que je sois exposé, c'est peut-être bien ce que je désire sans le savoir. Il est vrai que cet anonymat du journal me convient bien, et favorise mon goût du mystère et du secret que je cultive volontiers depuis longtemps. D'un autre côté, je me rends bien compte que cela ne va pas dans le sens d'une évolution positive, d'un "retour vers l'humanité". Je suis persuadé que le contact direct et franc avec les autres est le seul moyen de vraiment exister. "Exister, c'est (...)

Blonde sur blonde

Rêve : "Je suis dans un hôpital au bord de la mer. Je regarde le paysage par la fenêtre, il y a une grande île longue pas très loin du rivage. Elle semble déserte, à part une colonie d'oiseaux blancs qui font comme de la neige. Une infirmière entre dans la chambre en disant : "Bonjour, Monsieur le Sénateur !". Mais je ne fais pas attention, car à ce moment j'aperçois S*** qui passe et s'arrête devant ma fenêtre, elle semble déchaînée contre moi. Elle est habillée tout en noir, elle a une cigarette à la bouche et me crie des choses que je n'entends pas. Je la trouve très (...)

Ne crachons pas dans la soupe

Lors d'une de nos promenades en allant chez Mme A., ma grand-mère s'était mise en tête, je ne sais trop pourquoi, de vouloir m'acheter un slip "kangourou" dans une petite boutique située sur le chemin. Je n'osais pas lui dire non, et je craignais le pire. Nous sommes entrés dans le magasin, qui faisait à la fois épicerie-mercerie-droguerie, etc., et elle a donc demandé ça à la patronne. J'étais mort de honte, et sans doute rouge jusqu'aux oreilles. Mais heureusement la dame n'avait pas ce genre d'article, nous sommes sortis, et je crois bien que ma grand-mère n'y a plus pensé (...)

Mieux voir

L'été est une saison qui prête au comique. (Flaubert) Bon, peut-être que Flaubert a écrit quelques bêtises, ça arrive aux meilleurs. En tout cas, ce beau temps me permet de pouvoir découvrir mon nouveau quartier, et je réalise que je le connaissais déjà. J'ai retrouvé la route que j'empruntais avec ma grand-mère quand nous allions voir Mme A. qui habitait sur la Corniche. Ça nous faisait pas mal de kilomètres à pied. Je reconnais notamment les jardins familiaux qui sont près du pont de S., et qui semblent ne pas avoir changé depuis... Je passais de bonnes journées là-bas (...)

Rectificatif

J'ai réalisé après coup que j'ai écrit dans mon billet précédent que Love and Theft était sorti le 21 septembre 2001, alors que c'est le 11 septembre... Si c'est un lapsus, que peut-il signifier ? C'est la fin de l'été, une date tragique, elle aussi ? Je suis allé voir le docteur A***, je me demande si je ne vais pas le voir à cause de sa charmante secrétaire. Je me trouvais juste un peu fatigué après le déménagement, un bon prétexte, non ? (...)

Les temps modernes

Juin n'est pas une très bonne période pour emménager. Au Club, c'est le forcing avant les vacances, et puis il fait beau, il faut en profiter pour sortir. Enfin le principal est fait, du moment que je peux dormir, manger, me laver. C'est aussi pour moi la période des "premières fois" dans mon nouveau logement : mon premier repas, ma première douche (la douchette n'est pas terrible), mon premier CD écouté (des pièces pour violon de Bach), mon premier vinyle (Harvest de Neil Young), mon premier démarcheur à domicile ("Non merci je n'ai pas besoin de linge de maison"), etc. Je ne (...)

Professeur Tournesol

Déménagement effectué, un peu plus au Nord, merci. Il y avait un oiseau mort sur la pelouse, une espèce de corbeau, peut-être une corneille ? Maintenant il faut tout remonter, mais j'ai tout mon temps. D*** m'a bien aidé dans le déménagement, les autres étaient partis au festival Art Rock de St Brieux, ça tombait en même temps. Je ne vois toujours pas C. au Club, elle me manque je l'ai juste aperçue l'autre jour au Forum, elle était pressée. A bientôt. (...)

Rires

Comportement de gamin, cette envie de rougir à l'approche de ces filles qui riaient... J'ai encore fait le détour pour les éviter, décidément pas grand-chose de changé. Pas la bonne période en ce moment de toute façon, ce prochain déménagement me travaille sans doute, mais pas seulement... L'autre jour, ma mère a trouvé de vieux papiers dont des coupons de mandats que lui avait envoyé mon père. Il ne versait pas la pension alimentaire régulièrement, mais de temps en temps une petite somme... Il y avait aussi des bulletins de salaire de mon frère quand il a travaillé au (...)

L'écriture ou la vie

Écrire mon journal m'a beaucoup aidé à passer l'hiver. En fait, c'était ma principale motivation, et je dois avouer que j'ai quelquefois "arrangé" les faits une fois sur ma lancée. Je me suis souvent forcé à écrire, c'était presque une question de vie ou de mort. Maintenant que les beaux jours arrivent, je ne sais pas si je vais continuer. Mais quelquefois ça me manque, je ressens comme une frustration, des choses à raconter, une histoire, mon histoire. Cette nuit j'ai fait un rêve où il était question de généalogie. Une grande machine tournait très vite, comme un moulin à (...)

Papa was a rolling stone

Samedi 25 février. Un comble : j'ai failli me faire renverser par une voiture d'enfant ! Au détour d'une rue, une femme courait comme une folle en poussant une voiture d'enfant, elle voulait profiter du feu vert. J'ai juste eu le temps de m'arrêter, je ne marchais pas vite. D'accord elle venait de la droite, mais quand même ! Décidément, on n'est en sécurité nulle part... Si ta vie s'endort, risque-la ! (Jean Malrieu) Toujours mal à l'aise avec les images, j'ai raté dans mon avant-dernier écrit l'introduction d'une grenouille "météo", et aujourd'hui je me suis pris la tête (...)

Sur les routes

Mercredi. Problèmes de connexion. Mais dans le fond est-ce que ça me dérange vraiment ? Puis-je vivre sans Internet ? Sans voiture, sans télé, sans ceci, sans cela ? N'est-ce pas une occasion de me confronter aux vrais problèmes, à la vraie vie (qui, comme chacun sait, est ailleurs) ? J'ai revu la personne qui m'avait emprunté 10 euros le 31 décembre. Je pensais qu'elle venait me les rendre; mais pas du tout. Au contraire, elle m'a fait comprendre qu'elle était encore dans le besoin, mais qu'elle m'invitait à son anniversaire je ne sais plus quand, alors que je la connais à (...)

La grenouille de la paix

Dimanche. Hier soir, il y a encore eu du bruit dans l'escalier. Cette fois-ci, j'ai piqué un coup de sang et je suis monté dire leur fait aux personnes responsables de ce vacarme. J'étais tellement énervé que j'avais du mal à parler. Enfin, ça a porté ses fruits, et je me suis calmé en mangeant (c'était l'heure) tout en écoutant quelques bons petits grands blues de Hendrix et Gallagher. N'empêche, j'ai mal dormi cette nuit, je n'arrivais pas à bien digérer mon repas. J'ai appelé mon frère et il est effectivement venu me voir en rêve, il était question aussi d'une autre (...)

Là est la question

Jeudi. Le vent s'est levé, il apporte la pluie et surtout fait entrer le froid chez moi. Dans ces cas-là, je bouffe. Je prends des calories, je ne suis pas sûr que ça fasse réellement de l'effet, c'est psychologique sans doute, mais j'ai l'impression d'avoir moins froid quand même. Et puis j'ai beau manger n'importe quoi, ça ne me fait pas grossir du tout, je reste longiligne au possible, ce qui fait enrager mes copines, devant lesquelles je prends un plaisir presque sadique à manger toutes sortes de confiseries ou gâteaux... Vendredi. Aujourd'hui réunion pour la préparation du (...)

1932

Lundi. A la Poste, on m'a demandé une pièce d'identité. Je me suis aperçu que je n'avais pas ma carte d'identité. J'ai d'abord paniqué, je me suis dit zut je l'ai perdue, il va falloir que je la fasse refaire, etc., puis je me suis dit que ce n'était pas si grave que ça, et que finalement je préfèrerais retrouver mon identité plutôt que ma carte du même nom... En fait, comme je m'en doutais, elle était juste restée en rade lors d'un changement de manteau. Mardi. Rêve érotique avec H. Elle était quasiment rasée, elle qui a les cheveux si longs, mais je la trouvais bien (...)

Parle, dis quelque chose

Vendredi. Impressionné par la prestation de Judith Magre à la télé ce midi. A 79 ans (elle ne les fait vraiment pas), quelle vitalité, quelle impertinence et quelle classe ! Même sa voix un peu masculine ne parvient pas à rompre le charme, au contraire cela lui donne une autorité, une présence indéfinissables... Dans ces cas-là, je me dis que j'aurais bien voulu avoir cette personne comme mère, comme amante, comme amie, comme tout. Samedi. 11 février. J'ai retenu cette date, je ne sais trop pourquoi, c'était il y a bien des années maintenant. Je n'allais pas bien, j'étais (...)

Il faut tenter de vivre

Mardi. Cette peur qui me gagne quand je Te vois, ce besoin de Te parler qui ne peut aboutir. Manque de confiance. Voilà : retrouver une certaine foi, pas facile à définir, ce qui permet d'avancer sans peur, d'affronter l'inconnu, avoir confiance dans ce qui arrivera quoi qu'il arrive... Renaître ? Mercredi. Problèmes, notamment au Club et dans mon escalier (bruit, tapage nocturne...). Encore une fois, tout semble arriver en même temps et me submerger. Essayer de prendre du recul, s'abstraire tout en gardant le contact. Pas évident. La responsabilité d'alerter ou non les services (...)

Les chevaux sauvages n'ont pas pu m'emporter

Samedi. Entendu une réflexion intéressante hier : la croix comme étant un symbole du carrefour, du lieu de la rencontre, de l'échange ; c'est la première fois que j'étais amené à l'envisager de cette façon. Jusque là la croix était pour moi la représentation traditionnelle de la passion (souffrance) du Christ et par là même quelque chose que je ne pouvais supporter, mais que bon nombre de personnes vous infligent en la portant autour du cou en plus ou moins grand... En même temps, je ne sais pas si je pourrai arriver à intégrer tout à fait cette nouvelle interprétation, (...)

J'entends être ailleurs

Mercredi. Depuis quelque temps je garde un classeur ouvert sur ma table, c'est un poème d'Aragon qui s'appelle "J'entends j'entends". De temps en temps, je jette un coup d'œil sur des strophes au hasard et quelquefois je me dis c'est ça c'est ça c'est ça. La beauté : ici celle des mots, mais il y en a plein d'autres, d'autres formes de beauté aussi, et comme j'ai toujours cette tendance à traduire en anglais, il me vient ces paroles des Moody Blues : "Beauty I've always missed". La beauté qui m'a toujours manqué... Il me suffirait peut-être de savoir regarder la beauté des (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : novembre 2005, décembre 2005, janvier 2006, février 2006, mars 2006, mai 2006, juin 2006, juillet 2006, août 2006, août 2008, novembre 2012.